Le Jardin des Possibles

Essaimer la Permaculture ici et ailleurs

Accueil > Divers > Retrait de l’article "Pourquoi nous n’irons plus acheter nos graines chez (...)

Retrait de l’article "Pourquoi nous n’irons plus acheter nos graines chez Kokopelli"

dimanche 6 août 2017, par vivas.daniel@orange.fr

Suite à la parution de notre article "Pourquoi nous n’irons plus acheter nos graines chez Kokopelli", l’association Kokopelli par la voie de ses avocats parisiens et plus particulièrement de Blanche Magarinos-Rey nous a sommés de retirer l’article sous peine de poursuite pour diffamation envers Kokopelli et ses dirigeants. Nous prenons acte de cette injonction et avons donc retiré l’article. Ceci afin de ne pas entamer une procédure judiciaire qui serait pour notre structure bien trop lourde à assumer et à supporter à la fois en temps, humainement et financièrement. Nous ne remettons nullement en cause ce qui est écrit dans notre article. Dans une des réponses que nous faisions à Kokopelli et plus particulièrement à son directeur Ananda Guillet suite à leurs sommations et à leurs menaces de porter cette affaire devant la "justice", nous affirmions ainsi :
"Nous réfutons ardemment le fait que toute personne ou toute association parce qu’elles seraient du même bord et défendraient les mêmes causes ne pourraient être critiquées, à plus forte raison quand leur notoriété publique grandit. C’est d’ailleurs à chaque fois dans le même registre et avec la même rengaine éculés que nous sont donc renvoyés à la face : "vous crachez dans la soupe, vous dénigrez vos frères de combat...et patati et patata"... Bref toutes ces fadaises qui n’aident en rien, n’ayons pas peur des mots, à révéler l’incohérence des idées et des actes. "
Dernier constat en date de ce fait avéré, le propre communiqué de presse de Kokopelli qui s’adresse entre autres à nous en ces termes : « Passez votre chemin, nous ne perdrons plus de temps avec vos salades, elles sont stériles et ne se ressèment pas l’année suivante ! » tout en nous expédiant un courrier recommandé de leur avocate nous ordonnant le retrait immédiat de l’article sous peine de poursuite (comme nous le mentionnons plus haut) dont nous avons pris connaissance il y a seulement quelques heures. Chacun pourra en tirer ses propres conclusions.

Daniel Vivas